La Polynésie Française

Polynésie
Table des matières
  1. Géographie
  2. Histoire et culture
  3. Démographie
  4. Economie

Au coeur du Pacifique Sud, la Polynésie Française est située entre les continents américains et australien. Elle est à 6200 km de Los Angeles, à 5700 km de Sydney, à 8800 km de Tokyo et à 17100 Km de Paris.

Géographie

Forme et étendue :

La Polynésie compte 118 îles dont la superficie des terres émergées est de 4 000 km², qui sont réparties en 5 archipels :

Les îles-du-vent
Les îles-sous-le-vent
Les Marquises : 1 200 km au Nord-Nord est de Tahiti
Les Tuamotu-Gambier : s’étirent du Nord ouest au Sud est, de 300 à 1 600 km de Tahiti
Les Australes : entre 570 et 1270 km au Sud de Tahiti
Relief et climat :

Il existe deux types d’îles :

les îles hautes : relief montagneux.
les atolls : terres basses constituées d’une couronne de coraux ceinturant un lagon.
Le climat est de type tropical océanique :

saison chaude : novembre à mars (23°c à 30°c environ à Tahiti).
saison plus fraîche : avril à octobre (21°c à 29°c environ).
Fuseau horaire :

La Polynésie française est à -10 h par rapport à GMT, à -2 h par rapport à Los Angeles, à -20 h par rapport à l’Australie Est.
Quand il est midi à Tahiti le dimanche, il est 2.00 PM à Los Angeles, 11h (heure d’hiver) ou 12h PM (heure d’été) à Paris, et 8.00 AM le lundi à Sydney.

Les îles Marquises ont une demi-heure d’avance par rapport au reste de la Polynésie : quand il est midi à Tahiti, il est 12h30 aux Marquises.

Histoire et culture

Les 118 îles de la Polynésie française, nées de volcans il y a quelques 20 millions d’années sont, soit restées des îles hautes (îles de la Société, Marquises, Australes), soit devenues des atolls (Tuamotu). Réparties sur une surface équivalente à l’Europe, ces îles abritent une population dont la culture est le produit à la fois de l’insularité et de l’histoire.

La culture polynésienne, produit de l’insularité et de l’histoire :

La taille réduite des îles, un environnement maritime omniprésent, une population éclatée, ont façonné les comportements humains et conditionné les échanges.

Parti du Sud-est asiatique, plus précisément d’une zone orientale de l’Indonésie ou des Philippines, il y a quelques 4000 ans, un peuple de navigateurs s’est forgé une identité culturelle homogène lors de grandes migrations qui l’ont conduit à travers la Mélanésie jusqu’à l’extrémité de la Polynésie orientale. Et ce peuple est venu s’implanter -entre 1000 ans av. JC et 1000 ans ap. JC- dans ce que l’on appelle le  » triangle  » polynésien : les pointes du triangle correspondant aux îles Hawaii au Nord, à la Nouvelle Zélande au sud-ouest, à l’île de Pâques au sud-est.

Les Polynésiens sont donc devenus  » polynésiens  » au cours de ces migrations qui ont duré près de 2000 ans. Leurs sociétés se sont ensuite différenciées en fonction de leur adaptation à une île ou à un groupe d’îles tout en gardant les caractéristiques communes à l’ensemble : langues, religion, pratiques quotidiennes, culture matérielle, formes d’expression artistique.

Les navigateurs espagnols découvrirent les Marquises en 1595. Mais c’est seulement à la suite de la découverte de Tahiti par l’anglais Wallis en 1767 que de véritables contacts s’établirent entre les Européens et les Polynésiens.

Ces contacts provoquèrent un bouleversement des structures économiques et sociales des populations. La christianisation par les missionnaires protestants et catholiques entraina l’abandon des pratiques religieuses traditionnelles et des lieux cérémoniels appellés « marae ».

Après quelques décennies de rivalités franco-britanniques, la France établit progressivement son protectorat à partir de 1842. En 1880, le roi Pomare V fit don de ses états à la France.

Malgré ces bouleversements, les Polynésiens surent conserver les éléments essentiels de leur culture et notamment leur langue.

Malgré les mélanges ethniques qui ont pu s’opérer au cours de l’histoire, la population dans son ensemble se réclame d’une appartenance à la culture polynésienne et à une identité forgée sur le sentiment :

d’une origine commune,
d’un attachement à une terre ; terre qui rappelle à l’individu à quelle communauté il appartient,
d’un attachement à une langue ; langue qui est garante de la cohésion de la communauté et témoin de la résistance aux bouleversements de l’histoire.
La culture polynésienne aujourd’hui :

Si l’on doit définir la culture en Polynésie aujourd’hui, il faut se garder de l’appréhender comme le résultat d’activités intellectuelles plus ou moins réservées à une élite.

La culture s’entend ici plus comme « l’ensemble des comportements, des croyances, des savoirs et des savoir-faire qui caractérisent un peuple ».

Ainsi décrite, elle est un patrimoine commun dont les dépositaires sont à tous les niveaux de la société : danseurs, musiciens, orateurs, pêcheurs, sculpteurs, etc…
Mais si cette culture, telle qu’elle est vécue aujourd’hui en Polynésie trouve ses sources dans le passé, elle s’enrichit aussi de la diversité de sa population, elle se nourrit des cultures soeurs, chinoise et française, elle ne repousse pas sa dualité et se prépare à entrer dans la nouvelle société planétaire que sont en train de façonner les nouveaux média.

Démographie

Au recensement général de 1996, la Polynésie française compte 219 521 habitants. En huit ans, la population a connu une augmentation de 16,3 % due en quasî-totalité à l’excédent naturel.
La croissance annuelle de la population a, quant à elle, légèrement diminué. Toujours positif depuis 1945, le solde migratoire était en recul depuis 1983 ; il est devenu négatif à partir de 1988. De plus, la natalité est en baisse.

Cependant, avec un habitant sur deux de moins de 24 ans, la Polynésie française présente une population très jeune. Le nombre moyen de personnes par ménage (4,3 en 1996) tend à se réduire. Les migrations internes aux archipels sont principalement motivées par la recherche d’un emploi et par la scolarité des enfants.

Economie

L’économie de la Polynésie est en pleine expansion. Depuis 1997, la croissance du PIB est supérieure à 4 % par an.

Des centaines d’entreprises nouvelles se sont créées au cours des trois dernières années et elles ont engendré des milliers d’emplois nouveaux.

Cette évolution favorable est le résultat d’une politique menée depuis plusieurs années par le Gouvernement territorial en étroite concertation avec l’Etat et l’ensemble des forces vives du Territoire pour assoir le développement de la Polynésie française sur des bases nouvelles et durables.

Laisser un commentaire 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *